La fabrique de la norme dans la médecine moderne 1620-1680

L’épistémologie historique enquête sur les sciences pour ressaisir la constitution de leurs concepts fondamentaux à la fois dans leur signification et leur effectivité. En médecine, la norme désigne l’un d’eux ; elle détermine le concept de santé au point que l’articulation entre le normal et le pathologique constitue le couple fondateur de la philosophie de la médecine aussi bien chez Canguilhem, que dans les débats contemporains entre bio-conservateurs et normativistes.
Cette intervention propose de ressaisir un moment originaire de la constitution du concept moderne de norme en médecine.

Au dix-septième siècle, le concept de norme connaît une transformation épistémique, qui inaugure un nouveau statut de la santé et cristallise une nouvelle méthode médicale. Il passe d’un statut ontologique et logique fondé sur une métaphysique de l’être et de ses degrés de perfection, à une détermination statistique fondée sur les faits et leurs corrélations. Ce déplacement induit un transfert axiologique, qui abandonne toute équivalence immédiate entre être et valeur, pour lui conférer un sens descriptif et quantitatif, mais aussi des usages prescriptifs. Bref, les années 1660 permettent de repérer un moment originaire de la normativité en ressaisissant les raisons qui justifient à la fois la critique d’un ordre épistémologique ancien et la fondation de l’approche statistique moderne à travers l’arithmétique politique.

En passant d’une rationalité géométrique de l’idéal ontologique et axiologique du corps humain à une rationalité arithmétique ancrée dans l’observation empirique des corps malades, la norme transforme la relation du médecin à la santé, les vertus épistémiques du savant, philosophe ou médecin ; elle institue un sujet collectif, en lien avec des pratiques et des techniques scientifiques de collecte et de traitement des données, mais aussi de jugement et de décision.

Enregistré le : 01/02/2018

Intervenant(s) : Sarah CARVALLO (Maître de Conférences à l'École Centrale de Lyon)

Réalisation : PAPN